Malgré tout…

 Comme contrepartie aux donateurs de l’ecotour los Trepadores del Imposible, nous avions prévu, en collaboration avec le porteur de projet, Reforestando El Salvador, de planter  un arbre pour chaque 10 euros de donation reçu.  Au final, si en apparence nous avons réussi à atteindre l’objectif de collecte de 2100€ par le biais de KissKissBankBank, dans la réalité ce fut plus compliqué que prévu. Nous avons donc atteint l’objectif, mais “virtuellement” seulement.

 Pourquoi disons-nous virtuellement?
  Les donateurs ne purent pas réaliser de donation avec leur carte de crédit en passant par le système de paiement que KissKissBankBank propose sur son site. “Mais pourquoi donc?” , êtes-vous en droit de vous demander. Il se trouve que certains pays sont éligibles et d’autres non. Le pays du porteur de projet étant El Salvador, ce système de paiement n’a tout simplement pas été proposé, sans aucune explication. Pourtant, nulle part dans les manuels de la plate-forme nous n’avions vu qu’il était fait mention de pays non-éligibles pour ce mode de règlement. C’est donc après publication du projet que nous avons eu cette mauvaise surprise. L’unique alternative pour qui désirait soutenir le projet en effectuant une donation était de passer par Paypal, résultant en une situation peu propice au bon déroulement de la collecte de dons, car tout le monde n’est pas détenteur d’un compte Paypal.

empty pockets - Richie Diesterheft
empty pockets – Richie D.

 Devoir se créer un compte Paypal pour contribuer à ce projet était déjà en soi un repoussoir pour de nombreux donateurs pas coutumiers de ce mode de paiement. Encore pire. A la fin de la campagne, la contribution de la majorité des donateurs ne put être encaissée. En cause, la validation en deux étapes qui oblige à se faire authentifier comme détenteur du compte bancaire débiteur et puis dans un deuxième temps, authentifier comme porteur de la carte utilisée pour effectuer le paiement. Si ces mesures de sécurité sont louables et sans-doute nécessaires, elles ont mis à mal le versement réel des dons, la deuxième étape ayant échoué pour la grande majorité des donateurs. 82% de la somme ne put en effet, être encaissé.  Une véritable catastrophe pour la trésorerie de notre association. C’est que nous avions pris de l’avance sur le résultat de la collecte. Une fois 80% de l’objectif atteint, la décision prise fut de poursuivre la réalisation du projet  pour emmener les Grimpeurs de l’Impossible le plus loin possible, c’est à dire au Panama, et ce, sans attendre la fin de la collecte de dons. Cette décision fut prise pensant qu’au pire nous aurions les 20% restant à payer de notre poche et que dans le meilleur des cas, cette différence allait nous être remboursée par les dons collectés sur la plateforme de financement participatif.  Il va sans dire que ça a généré un important déficit. Pour être honnête, se fut un coup dur auquel s’ajoutèrent d’autres situations qui entraînèrent des dépenses imprévues.  Cela explique en partie pourquoi nous avons suspendu le gros de nos activités. Mais patience, nous reviendrons…

ecotour-trepadores-payment-failure

 Nous avons sans-doute pris une mauvaise décision d’avancer les fonds pour poursuivre notre virée en Amérique Centrale. Il est vrai que ça a généré une situation difficile qui aujourd’hui encore, compromet la survie de notre association.  Cependant, si nous avons appris la leçon, nous ne regrettons rien. Ça aura valu la peine. Nous pûmes aller jusqu’au Panama en apprendre davantage sur la magnifique campagne de reforestation, Reforestando Centroamérica. Les Grimpeurs de l’Imposible auront ainsi pu s’amuser, voyager, se faire connaître dans d’autres pays de la région et gagner en expérience en réalisant plusieurs événements grimpe d’arbres. C’est bien là le principal.

 Malgré tout, nous avons tout de même souhaité prendre part à la restauration d’écosytèmes forestiers au Salvador. Nous avons ainsi effectué une donation de 55 arbres à l’association Alecu, un acteur de la campagne Reforestando El Salvador co-gestionnaire de l’Aire Naturelle Protégée de San Andrés. Nous avons aussi créé un lien avec Nidia Lara Solano, de l’École Supérieure Franciscaine (ESFE/Agape) afin de planter plus d’arbres encore. Cela, nous vous le raconterons dans un prochain article. 


"empty pocket" est une création originale de Richie Diesterheft CC BY-SA 2.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *