Hacienda Baru

 En 2014 l’association a effectué un voyage en Amérique Centrale dans le cadre de la préparation du projet El Imposible 2015. Ca a été l’occasion de quelques articles, et de photoreportages. Un autre objectif était de mieux connaître l’offre écotouristique Centroaméricaine. C’est ainsi qu’en mars 2014 l’association a découvert Hacienda Baru, un intéressant exemple de reconversion d’une exploitation agricole devenue une destination incontournable pour l’observation des singes et des oiseaux.

Hacienda Baru, Costa Rica, Solidarité, Solidaridad, Solidarity

 C’est en 1979 que les propriétaires de cette hacienda ont décidé de réduire leur impact sur la forêt. Petit à petit, la nature a repris le pas sur les parties de la finca qui avaient été déboisées au profit de pâturages. En 1987, elle commence à proposer des tours à visée écotouristique pour diversifier ses sources de revenus.

Mono capucino

 L’instauration d’une mixité entre cultures et zone boisée sanctuarisée, a rendu possible le retour d’une importante faune sauvage. Il n’est aujourd’hui pas rare de voir des singes capucins, des chauve-souris et d’autres animaux plus capricieux à observer comme les paresseux.

Hacienda Baru

 Malgré sa modeste superficie, Hacienda Baru propose une belle mosaïque de milieux avec accès sur la mer, une serre à papillon et un jardin botanique. Les touristes peuvent s’informer sur les espèces qui peuplent ce lieu. Au point de vente et d’informations, vous pourrez vous procurer quelques ouvrages pour apprendre les bases de la culture et de la transformation du cacao ou apprendre à reconnaître les espèces du Costa Rica. Si vous souhaitez plutôt vous rafraichir, vous pourrez toujours rejoindre la plage en seulement quelques minutes. Il vous suffira d’emprunter les sentiers  traversant forêts et cultures jusqu’à la mer.  Si vous préférez une bonne marche, vous pourrez le faire entre deux tyroliennes accompagné de guides patients et connaisseurs.

Haciend Baru, Garza, Costa Rica

 De l’aveu de nos guides, pour parvenir à ce résultat une prise de conscience des propriétaires fut nécessaire. Il a aussi fallu convaincre les riverains du bien fondé de la nouvelle gestion des terres de l’hacienda. Un long chemin pour arriver à 330 ha d’Aire Naturelle Protégée (ANP) et faire reconnaître en 1995 Hacienda Baru comme Refuge de la Vie Sylvestre.

Mariposero, Hacienda Baru, costa rica

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *