Grimper aux arbres pour sauver les forêts

  Une fois rendus au Salvador pour exécuter le projet El Imposible 2015, les formateurs de Tout Là-Haut et d’Utopiarbre, on pu faire ce constat dérangeant : les riverains des Aires Naturelles Protégées (ANP) du Salvador ne disposent pas de brochures ou de cartes postales à proposer aux touristes. Les documents pédagogiques, tels que des photos documentées illustrant les espèces qui les entourent, manquent tout autant. C’est ainsi que dans le cadre des formations nous avons organisé des événements grimpe d’arbres sans avoir ne serait-ce qu’un cliché de paysage ou d’espèce du Parque Nacional El Imposible à proposer. Si bien sûr, de tels clichés existent, le fait est que les garde-forestiers eux-mêmes n’avaient pas ce type de matériel à proposer à nos visiteurs du jour. Sphiggurus mexicanus, Nature, Solidarite, El Imposible, san Miguelito, El Salvador, Ismael Molina pedagogie, education environnementale, educacion ambiental, cooperation, el salvador Ce constat, Nature et Solidarité l’avait fait de longue date. C’est pourquoi l’association inclut dans tous ses projets la composante de communication environnementale par la mise en valeur des ressources naturelles. Nous aimons à ce titre parler de mise en relief des beautés sauvages et d’émerveillement face à la nature.  Car en effet, comment lutter contre la prédation des écosystèmes et les espèces qui les peuplent sans support pour s’émerveiller, apprendre et aussi, soyons terre à terre, sans proposer d’alternatives viables par la génération de revenus aux activités qui dégradent l’environnement ? Nous avons donc entrepris de créer ce type de matériel. L’objectif est triple : faire de nouveaux registres d’espèces datés et géolocalisés, créer du matériel éducatif, car nous sommes convaincus  que le développement d’une culture environnementale passe forcément par l’émerveillement et l’apprentissage,  et pour finir, créer du matériel destiné à la vente au bénéfice des Associations de Développement Communal (ADESCO) riveraines des écosystèmes présentant le plus d’intérêt pour la conservation biologique.

  Comme le disait Erwan Le Couillard, Éducateur Grimpe d’Arbres de la société Utopiarbre, notre philosophie de travail est d’apprendre à pêcher à ceux qui ont faim plutôt que de leur donner du poisson. C’est donc pour nous une grande victoire d’avoir réalisé des cartes postales à partir de photos prises par Ismael Molina, un de nos élèves grimpeur d’arbres formés durant El Imposible 2015. Il aura pourtant fallu attendre les derniers jours pour qu’il se décide à nous montrer ce beau porc-épic arboricole connu aussi sous le nom de Sphiggurus mexicanus. Cet animal lui semblant tout simplement banal, difficile pour lui de comprendre l’engouement qu’il pouvait susciter. Pour les membres de l’association, observer ce magnifique sujet était une excitante et merveilleuse récompense qui méritait bien l’effort de grimper dans ce manguier où il avait pris ses quartiers. Lui montrer notre satisfaction ne suffisait pas. C’était là une occasion à ne pas manquer. C’est pourquoi nous lui avons expliqué brièvement le fonctionnement d’un de nos appareils photo pour qu’il immortalise ce moment. Il s’en saisit et prit plusieurs clichés qui ont servi à créer des cartes postales.

epifita, nature et solidarite, imposible, 2015, epiphyte 

 Nous ne nous sommes pas arrêtés là. Nous avons aussi partagé ces photos sur le groupe Facebook Fauna Silvestre de El Salvador où des naturalistes passionnés font le recensement des espèces animales de ce petit pays d’Amérique Centrale. Il a bien sûr été mentionné qui était l’auteur de ces photos et fait part de notre intention de créer des cartes postales à partir de ces clichés.

 Notre jeune grimpeur d’arbres n’oubliera sans-doute  jamais que ce banal porc-épic est une source d’émerveillement et de revenus. Quand on sait l’énorme pression qui pèse sur les espèces animales du Salvador, il n’est pas difficile de comprendre l’impact positif de cette simple grimpe d’arbres et de ces quelques photos pour la conservation de la diversité du vivant. La grimpe d’arbres est décidément un bel outil éducatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *